ArticlesCultureEn apprendre plus sur l'AllemagneHambourgTourisme

Hambourg, son histoire et ses monuments

Hambourg, son histoire et ses monuments

Cet article est pour l’instant seulement disponible en français, une traduction viendra bientôt s’ajouter.

Dieser Artikel ist zur Zeit nur auf Französisch. Eine Übersetzung kommt bald.

Sommaire :

  • Introduction
  • Histoire
  • Temps modernes
  • Après Guerre
  • Monuments
  • Spécialités culinaires

Introduction :

La ville de Hambourg a traversé au cours du temps de nombreuses épreuves mais a toujours su se relever et en faire sa force. La métropole au bord de l’eau est unique en son genre et extraordinaire. L’ambiance maritime et l’ouverture sur le monde font de Hambourg l’une des plus belles villes au monde. Elle est par ailleurs jumelée avec la ville de Marseille depuis 1958.

La ville d’Hambourg se prénomme également la Ville libre et hanséatique de Hambourg. C’est la deuxième plus grande ville d’Allemagne après Berlin et la septième plus grande ville de l’Union européenne avec une population de plus de 1,84 million d’habitants. La zone urbaine de Hambourg compte environ 2,5 millions d’habitants et sa zone métropolitaine abrite plus de cinq millions de personnes. La ville s’étend sur l’Elbe et deux de ses affluents, l’Alster et la Bille. Hambourg, l’un des 16 États fédérés d’Allemagne, est entourée du Schleswig-Holstein au nord et de la Basse-Saxe au sud.

Le nom officiel reflète l’histoire de Hambourg en tant que membre de la ligue hanséatique médiévale et ville impériale libre du Saint Empire romain germanique. Avant l’unification de l’Allemagne en 1871, elle était une ville-état pleinement souveraine et, avant 1919, elle formait une république civique dirigée constitutionnellement par une classe de grands bourgeois.

Héraldique

Das kleine Staatswappen der Freien und Hansestadt Hamburg

Le blason montre un château avec trois tours. La tour centrale est surmontée d’une croix. La croyance veut que les étoiles mariales au sommet des deux tours latérales et la croix rappellent que Hambourg était autrefois un archevêché. Les tours et les murs avec leurs créneaux et la porte fermée symbolisent la détermination de la ville à se défendre.

Le blasonnement de la ville de Hambourg est lié avec celle de Brême, selon un dicton disant « Hamburg ist das Tor zur Welt, Bremen hat den Schlüssel. » : « Hambourg est la porte sur le monde, Brême détient la clef. » (référence à la clef présente sur le blason de Brême).

 

 

Armoiries de Hambourg

 

 

 

 

 

 

 

 

Soumise à des catastrophes telles que le grand incendie de Hambourg, l’inondation de la mer du Nord en 1962 et des conflits militaires, notamment les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, la ville a réussi à se relever et à s’enrichir après chaque catastrophe.

Hambourg est le troisième plus grand port d’Europe, après Rotterdam et Anvers. Les journaux Der Spiegel et Die Zeit sont basés dans cette ville. Hambourg est le siège de la plus ancienne bourse d’Allemagne et de la plus ancienne banque d’affaires du monde, la Berenberg Bank. Parmi les entreprises médiatiques, commerciales, logistiques et industrielles implantées dans la ville figurent les multinationales Airbus, Blohm + Voss, Aurubis, Beiersdorf et Unilever. Hambourg est également un important centre européen de science, de recherche et d’éducation, avec plusieurs universités et institutions. La ville bénéficie d’une qualité de vie très élevée, puisqu’elle est classée 19e dans l’enquête Mercer sur la qualité de vie de 2019.

Hambourg accueille des spécialistes de l’économie mondiale et du droit international, notamment des missions consulaires et diplomatiques comme le Tribunal international du droit de la mer, la Fondation UE-ALC et l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie, des conférences et sommets politiques internationaux multipartites comme l’Europe et la Chine et le G20. L’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt et Angela Merkel, chancelière allemande depuis 2005, sont tous deux nés à Hambourg.

Hambourg est une importante destination touristique internationale et nationale. Les rivières et les canaux de Hambourg sont traversés par environ 2 500 ponts, ce qui en fait la ville qui compte le plus grand nombre de ponts en Europe. Outre son riche patrimoine architectural, la ville abrite également des lieux culturels remarquables, comme les salles de concert Elbphilharmonie et Laeiszhalle. Elle a donné naissance à des mouvements comme la Hamburger Schule et a ouvert la voie à des groupes comme les Beatles. Hambourg est également connue pour plusieurs théâtres et une variété de spectacles musicaux. La Reeperbahn de St. Pauli fait partie des quartiers de divertissement européens les plus connus.

Histoire

Le nom de Hambourg vient du premier bâtiment permanent construit sur le site, un château dont l’empereur Charlemagne a ordonné la construction en 808. Il s’élevait sur un terrain rocheux dans un marais entre la rivière Alster et la rivière Elbe pour se défendre contre les incursions slaves, et a acquis le nom de Hammaburg, burg signifiant château ou fort. L’origine du terme Hamma reste incertaine, mais on estime que son emplacement se situe à l’emplacement de l’actuelle Domplatz (ancienne cathédrale de Hambourg).

Au cours du temps, Hambourg a été détruite et occupée à plusieurs reprises. En 845, 600 navires vikings remontèrent l’Elbe et détruisirent Hambourg, alors une ville d’environ 500 habitants. Parmi les nombreuses catastrophes que la ville a dû subir certaines furent particulièrement dévastatrices telles que de nombreux incendies comme celui qui a eu lieu en 1030 et fut ordonné par le roi de Pologne Mieszko II Lambert. Puis, Valdemar II du Danemark a mené des raids et occupé Hambourg en 1201 et en 1214. De plus, la peste noire a tué au moins 60 % de la population en 1350. Hambourg a connu plusieurs grands incendies au cours de la période médiévale qui détruisirent nombre de ces bâtiments et habitations.

En 1189, par charte impériale, Frédéric Ier « Barberousse » accorde à Hambourg le statut de ville impériale libre et un accès exempt de taxes en remontant le cours du Bas-Elbe jusqu’à la mer du Nord. Cette charte, ainsi que la proximité de Hambourg avec les principales routes commerciales de la mer du Nord et de la mer Baltique, en ont rapidement fait un port majeur en Europe du Nord. Son alliance commerciale avec Lübeck en 1241 marque l’origine et le noyau de la puissante Ligue hanséatique des villes commerçantes.

Les temps modernes

En 1529, la ville a embrassé le luthéranisme et a accueilli des réfugiés réformés des Pays-Bas et de France.

Lorsque Jan van Valckenborgh a ajouté une deuxième couche de fortifications pour se protéger de la guerre de Trente Ans au XVIIe siècle, il a étendu Hambourg et créé une « nouvelle ville » (Neustadt) dont les noms de rues datent encore du système de quadrillage des routes qu’il a adopté.

Lors de la dissolution du Saint-Empire romain germanique en 1806, la ville impériale libre de Hambourg n’a pas été intégrée à une zone administrative plus vaste tout en maintenant des privilèges spéciaux (médiatisation), mais est devenue un État souverain portant le titre officiel de ville libre et hanséatique de Hambourg. Hambourg a été brièvement annexée par Napoléon Ier au Premier Empire français (1804-1814/1815). Les forces russes commandées par le général Bennigsen ont finalement libéré la ville en 1814. En 1814, Hambourg a retrouvé son statut de ville-État d’avant 1811. Le congrès de Vienne de 1815 confirme l’indépendance de Hambourg, qui devient l’un des 39 États souverains de la Confédération allemande (1815-1866).

En 1842, environ un quart du centre-ville a été détruit par le « grand incendie ». Le feu a commencé dans la nuit du 4 mai et n’a été éteint que le 8 mai. Il a détruit trois églises, l’hôtel de ville et de nombreux autres bâtiments, tuant 51 personnes et laissant environ 20 000 sans-abri. La reconstruction a duré plus de 40 ans.

La ville a connu sa croissance la plus rapide au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque sa population a plus que quadruplé pour atteindre 800 000 habitants, la croissance du commerce atlantique de la ville ayant contribué à en faire le deuxième port d’Europe. La Hamburg-America Line, avec Albert Ballin comme directeur, est devenue la plus grande compagnie de navigation transatlantique du monde au début du XXe siècle. Des compagnies maritimes naviguant vers l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Inde et l’Asie de l’Est étaient basées dans la ville. Hambourg était le port de départ de nombreux Allemands et Européens de l’Est qui émigrèrent aux États-Unis à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Des communautés commerciales du monde entier s’y sont établies.

Une importante épidémie de choléra en 1892 a été mal gérée par le gouvernement municipal, qui a conservé un degré d’indépendance inhabituel pour une ville allemande. Environ 8 600 personnes sont mortes au cours de la plus grande épidémie allemande de la fin du XIXe siècle, et de la dernière grande épidémie de choléra dans une grande ville du monde occidental.

Dans l’Allemagne nazie (1933-1945), Hambourg a été un Gau (Division administrative du Troisième Reich) de 1934 à 1945. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Hambourg a subi une série de raids aériens alliés qui ont dévasté une grande partie de la ville et du port. Le 23 juillet 1943, les bombardements de la Royal Air Force (RAF) et de l’United States Army Air Force (USAAF) ont créé une tempête de feu qui s’est propagée à partir de la Hauptbahnhof (gare principale) et s’est rapidement déplacée vers le sud-est, détruisant complètement des quartiers entiers comme Hammerbrook, Billbrook et Hamm South.

Des milliers de personnes périssent dans ces quartiers ouvriers densément peuplés. Les raids, dont le nom de code est Opération Gomorrah par la RAF, tuent au moins 42 600 civils ; le nombre exact n’est pas connu. Environ un million de civils ont été évacués à la suite des raids. Si certains des quartiers détruits ont été reconstruits en quartiers résidentiels après la guerre, d’autres, comme Hammerbrook, ont été entièrement aménagés en bureaux, commerces et quartiers résidentiels ou industriels.

L’histoire d’après guerre

Hambourg s’est soumise aux forces britanniques le 3 mai 1945, trois jours après la mort d’Adolf Hitler. Après la Seconde Guerre mondiale, Hambourg fait partie de la zone d’occupation britannique ; elle devient un État de la République fédérale d’Allemagne de l’époque en 1949.

Le 16 février 1962, une crue de la mer du Nord fait monter l’Elbe à un niveau jamais atteint, inondant un cinquième de Hambourg et tuant plus de 300 personnes.

La frontière intérieure allemande – située à seulement 50 kilomètres à l’est de Hambourg – a séparé la ville de la majeure partie de son arrière-pays et a réduit le commerce mondial de Hambourg. Depuis la réunification de l’Allemagne en 1990 et l’adhésion de plusieurs États d’Europe centrale et baltes à l’Union européenne en 2004, le port de Hambourg a repris ses ambitions pour retrouver sa position de plus grand port en eau profonde de la région pour le transport par conteneurs et de principal centre commercial et d’échanges.

The Star Club Opens in Hamburg, Germany [April 13, 1962 ...

De 1960 à 1962, les Beatles ont lancé leur carrière en jouant dans divers clubs de musique comme le Star Club de la ville.

 

 

 

La ville de Hambourg étant l’un des 16 États allemands, la fonction de maire de Hambourg correspond davantage au rôle d’un ministre-président qu’à celui d’un maire de ville. En tant que gouvernement d’un Land allemand, il est responsable de l’enseignement public, des établissements pénitentiaires et de la sécurité publique ; en tant que municipalité, il est en outre responsable des bibliothèques, des installations de loisirs, de l’assainissement, de l’approvisionnement en eau et des services sociaux.

Hambourg est également connue pour sa culture musicale et ses festivals. Par exemple, la Reeperbahn accueille à elle seule entre 25 et 30 millions de visiteurs chaque année. En outre, les festivals annuels et les grands événements musicaux attirent plus d’un million de visiteurs.

Hambourg était un centre important de la musique rock au début des années 1960. Les Beatles ont vécu et joué à Hambourg d’août 1960 à décembre 1962. Ils se sont révélés populaires et ont été acclamés localement. Avant que le groupe n’enregistre ses premiers disques et ne devienne célèbre, Hambourg leur offrait des lieux de résidence et de représentation pendant la période où ils s’y produisaient. L’un des lieux où ils se produisaient était le Star Club sur St. Pauli.

Tourisme

De nombreux monuments à Hambourg valent le coup de les visiter. Qu’ils soient anciens ou d’une époque plus récente, ils représentent l’histoire de Hambourg ainsi que son multiculturalisme.

 

L’Elbphilharmonie est une salle de concert située dans le quartier HafenCity de Hambourg, en Allemagne, sur la péninsule de Grasbrook, sur l’Elbe.

C’est l’une des plus grandes salles de concert du monde. Elle est populairement surnommée Elphi.

 

 

La nouvelle construction vitrée ressemble à une voile hissée, une vague d’eau, un iceberg ou un cristal de quartz reposant au sommet d’un ancien entrepôt en briques (Kaispeicher A, construit en 1963) près de la ville historique de Speicherstadt.

 

 

 

Le port de Hambourg est également l’une des principales attractions de la ville, à la fois en tant que centre de vie, industriel et logistique, mais aussi en tant que toile de fond de la culture moderne et de l’histoire du port. On y trouve divers navires-musées, des théâtres musicaux, des bars, des restaurants et des hôtels – et même une église flottante.

Connu comme la « porte du monde » de l’Allemagne (Tor zur Welt), c’est le plus grand port maritime du pays en termes de volume.

La célébration annuelle de l’anniversaire du port (Hafengeburtstag) pendant le premier week-end de mai est l’un des plus grands événements publics de Hambourg. Des visiteurs nationaux et internationaux viennent assister aux festivités. Les remorqueurs exécutent des « ballets », les anciens galions et les nouveaux navires de croisière sont ouverts aux visites, et des feux d’artifice sont tirés la nuit.

L’hôtel de ville de Hambourg est également un monument important notamment de par son architecture particulière datant de la néo-renaissance. C’est l’un des rares bâtiments historiques entièrement conservés à Hambourg.

Le Rathaus (hôtel de ville) est situé dans le quartier Altstadt (vieille ville) du centre-ville, sur la place Rathausmarkt, et à proximité du lac Binnenalster et de la gare centrale. Construit de 1886 à 1897, l’hôtel de ville abrite toujours ses fonctions gouvernementales d’origine avec le bureau du premier maire de Hambourg et les salles de réunion du Parlement et du Sénat (l’organe exécutif de la ville).

L’église Saint-Nicolas (en allemand : St.-Nikolai-Kirche) est une cathédrale néo-gothique qui était autrefois l’une des cinq Hauptkirchen (églises principales) luthériennes de la ville de Hambourg, en Allemagne. La chapelle originale, un bâtiment en bois, a été achevée en 1195. Elle a été remplacée par une église en briques au 14e siècle, qui a finalement été détruite par un incendie en 1842. L’église a été entièrement reconstruite en 1874, et a été le plus haut bâtiment du monde de 1874 à 1876 (147 mètres).

Les vestiges de l’ancienne église constituent la deuxième structure la plus haute de Hambourg. En 2005, un ascenseur a été installé sur une plate-forme de 75,3 mètres de haut.

 

 

Planten un Blomen est un parc urbain de 47 hectares situé dans le centre-ville de Hambourg, en Allemagne. Le nom Planten un Blomen vient du bas allemand et signifie « Pflanzen und Blumen » en allemand (plantes et fleurs).

Le parc est célèbre pour ses concerts de lumières sur l’eau, son théâtre public et ses spectacles de musique. En plus des jardins, il y a une grande aire de jeux dans la zone sud du parc. Cela fait du parc un endroit populaire de la ville. Le parc est ouvert toute l’année et l’entrée est gratuite.
Il contient également l’ancien jardin botanique de Hambourg.

Spécialités culinaires

Il existe à Hambourg une curieuse pâtisserie régionale appelée Franzbrötchen. Ressemblant à un croissant aplati, sa préparation est similaire mais comprend une garniture à la cannelle et au sucre, souvent accompagnée de raisins secs ou de streusel (crumble) de sucre brun.

 

Le nom peut également refléter l’apparence de croissant du petit pain – franz semble être un raccourci de französisch, qui signifie « français », ce qui ferait d’un Franzbrötchen un « petit pain français ». Les petits pains ordinaires ont généralement une forme ovale et sont de type français. Le nom local est Schrippe (marqué dans le sens de la longueur) pour le type ovale et, pour le type rond, Rundstück (« pièce ronde » plutôt que Brötchen, forme diminutive de Brot « pain »), un parent du rundstykke danois.

En fait, bien qu’elles soient loin d’être identiques, les cuisines de Hambourg et du Danemark, en particulier celle de Copenhague, ont beaucoup en commun. Cela inclut également une prédilection pour les sandwichs ouverts de toutes sortes, surtout garnis de poisson fumé à froid ou mariné.

 

 

Le hamburger américain se serait développé à partir du Frikadeller de Hambourg : une galette frite à la poêle (généralement plus grande et plus épaisse que son homologue américain) faite d’un mélange de viande de bœuf hachée, de pain rassis trempé, d’œuf, d’oignon haché, de sel et de poivre, généralement servie avec des pommes de terre et des légumes comme n’importe quel autre morceau de viande, et non généralement sur un petit pain.

 

Il existe des restaurants qui proposent la plupart de ces plats, notamment dans la HafenCity.